AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | .
 

 C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   Mer 30 Avr - 20:22

avatar
Invité
Invité



Alice E Nightmare

♦ Nom du personnage;Nightmare

♦ Prénom(s) du personnage;Alice - Elena

♦ Date & Lieu de naissance;née le 1er décembre en 1996 (je crois ><), à Bordeaux

♦ Age du personnage;18 ans

♦ Origine(s);français et anglaise

♦ Sexualité;avec modération Hétéro ~

♦ Etude; Section artiste, libraire





Ce que je vois dans le miroir

Une chevelure améthyste. C'est ce qu'on remarque en premier chez cette fille. Au premier abord, des cheveux d'un mauve étrange, attaché en deux couettes par des cercles en fer gris pâle. Des cheveux qui attirent l'attention à vrai dire. Alice ne compte plus le nombre de fois on l'a lorgné d'une façon peu agréable, ou qu'on lui ai reproché d'avoir cette couleur naturelle de cheveux. Elle se souvient même d'une fois où une petite vielle l'avait nommé comme étant une jeune délinquante. Marrant. Elle n'y prête pas attention. En vérité, elle est fière de ses cheveux, qu'elle tient de sa mère. Mi-longs, lisses et pourtant légèrement ondulés au bout, qui descendent jusqu'à ses hanches, avec une frange qui s'arrête au niveau de ses sourcils. Des sourcils fins, rien de plus ordinaire. Parlons aussi de ses yeux aussi, qui attirent tout autant que ses cheveux l'attention de la population. Des yeux d'un joli violet pâle, qui sont tantôt vides d'émotions, tantôt froids et assassins, et même parfois rieurs et brillants, encadrés par des cils longs et d'un noir de jais. Pour les détails moins importants, notre jeune artiste a un menton fin et étroit, des joues lisses, qui ne se colorent presque jamais.

Du haut de son mètre 50, et de ses 40 kilos, Alice passe la plupart du temps inaperçue, et pour elle, c'est très bien comme ça.  En passant par son tour de poitrine, qui, soyons franc, n'est pas des plus gros. Mademoiselle passe facilement pour quelqu'un de plus jeune, et ce n’est pas un avantage, loin de là. Alice possède une démarche souple et élégante, presque féline, le dos droit et le visage fier. La demoiselle n'aime pas laisser voir ses émotions en toutes circonstances.  

Ayant un nez des plus ordinaires, fin et droit au milieu de la figure, et une bouche plus que banale, fine et rarement habitée de sourires, le reste de son visage n'a rien de particulier. 
Son corps, analysons-le, tient. Fine et mince, d'apparence svelte, Alice est ce qu'il y a de moins athlétique, c'est bien une des nombreuses raisons pour lesquelles elle hait ouvertement le sport. Ses mains sont d'ailleurs si fines et si douces qu'on remarque en premier lieu qu'elle ne fait pas vraiment de choses qui pourraient l'écorcher. Et ses ongles, certains en pourraient être jaloux tellement ils sont longs et entretenus. Enfin....


Possédant des épaules étroites et une nuque particulièrement fragile, on la décrit comme étant une demoiselle faible et sans défense. Et ceci est tout à fait vrai, remarquez.

Quant à ses jambes, elles n'ont rien de musclé et même pire, elles sont si fines qu'Alice ne manque jamais une occasion de se manger le sol, et je vous assure que ce n'est pas une partie de plaisir. 

Alice porte des vêtements, et heureusement pour elle d'ailleurs, étranges.

Une robe. Mauve pâle, courte, s’arrêtant à mi-cuisses (pour terminer en mousseline blanche), sans manches. Seules deux bretelles attachées autour de son cou permettent à ce vêtement de tenir. Si vous détachez ces cordelettes, pouf, plus de robe. Au niveau des hanches est attachée une sorte de ceinture étrange qui représente des espèces de minis enceintes roses entourées de plastique noir, sur lesquelles sont fixés des bretelles qui tombent jusqu'à ses genoux et à l'arrière est fixée une queue de lapin. Pour éviter d'attraper froid, Alice porte une veste noire aux manches plus longues que ses propres bras, aux bordures violettes et avec une capuche sur laquelle sont cousues deux oreilles de lapin aux dimensions assez longues. Au dos de cette veste, on peut y distinguer une représentation d'une tête de lapin de couleur fuchsia. À son poignet droit, se trouve un cadeau fait par sa mère, un bracelet en fer violet avec des inscriptions à l'intérieur.


Alice porte également des bas en coton mauve, qui montent jusqu'en haut des cuisses. Et pour compléter le tout, la demoiselle porte des chaussures noires avec une clochette accrochées à chacune d'elles.

Autre chose que l'on remarque moins à cause de sa capuche qu'elle porte constamment sur la tête, c'est une barrette semblable à sa ceinture : des espèces de minis enceintes roses entourées de plastique noir.


Le parfum que dégage la demoiselle est enivrant, c'est une chose dont on ne peut se lasser. Un mélange de cannelle et de vanille ambrée, qui pourrait résister à ça ? Elle peut d'ailleurs dès lors remercier son gel douche et son shampooing. 

Et pour finir, Alice possède une peau pâle, et aussi douce que de la soie, comme le sont les poupées de porcelaine, sans aucune imperfection, presque aussi blême que le serait un cadavre, ou la lune. ainsi qu'une voix monotone, presque robotique, plutôt froide et mélodieuse, mais on n'y trouvera jamais de la chaleur dans sa voix, c'est une chose qui étonne fort les gens qui l'entendent parler ou chanter.
[778]





Ce qui se passe dans ma tête

Froide comme la glace. C'est ainsi qu'on la décrit le plus clair du temps. C'est en effet la majeure partie de son caractère. Elle n'a pas vraiment de qualité en réalité. De nature glaciale sans vouloir vraiment l'être, elle fait peur aux autres. Elle n'a pas d'amis, elle ne fait rien pour en avoir de toute façon. Elle n'aime pas spécialement les autres. Ils l'énervent, elle les trouvent idiots, grossiers, cruels... Alice est une fille associable et elle l'assume entièrement. Des amis ? Pas besoin. Elle trouve ça inutile. Ce n'est qu'une terrible perte de temps. Aimer ? Jamais. Alice reste tout de même une fille effacée et sans présence, quelque peu vide d'émotions, et de sentiments.

On dit d'elle qu'elle est la représentation même des 7 pêchés capitaux. Et ceci est tout à fait vrai en réalité. Pour commencer, Alice est quelqu’un d’extrêmement orgueilleuse, elle méprise tout le monde (à commencer par elle, mais jamais Alice n'irait l'avouer). Aussi quelque peu avare, mademoiselle n'ira jamais prêter de l'argent à quelqu'un, même en sachant qu'on la remboursera plus tard. La jalousie également. Alice est quelqu'un de très possessive envers ses proches, et il arrive que la jalousie la prenne pour un rien. Ensuite, la colère. Alice s'énerve toujours pour tout et n'importe quoi et en viens même aux mains quand elle est réellement énervée. La luxure est bien le seul péché capital qu'elle ne possède pas, c'est un fait. Également très paresseuse, moins elle en fait, mieux elle se porte. Travailler ? Quelle horreur. Et enfin la gourmandise. Alice adore manger tout ce qui est sucré, comme les gâteaux et les bonbons.


Alice fait des études d'art, axé sur le dessin et la conception graphique de jeux vidéos. Son but est de travailler sur quelque chose qui lui plaît, donc, le dessin. 

Alice est quelqu'un d'assez ouverte dans tout ce qui touche à l'art.À commencer par le dessin. Il ne se passe pas une journée sans que la demoiselle ne dessine quelque chose sur son carnet à dessin, ou fasse une planche de bande-dessiné. En effet, c'est pour cela qu'elle suit des études d'art. Elle adore le dessin depuis toute petite. Et elle adore chanter aussi. C'est ainsi qu'on la voit presque tout le temps en train de chantonner quelque chose, en dessinant, en écrivant, en travaillant, en se lavant. Bref, vous l'aurez compris, Alice aime chanter.


Étant originaire d'une famille noble, Alice a appris très jeune à jouer d'un instrument. Elle en compte pour l'instant trois sortes : le piano, le violon et la guitare. Le piano est de loin son instrument préféré, égalant de peu le violon, un instrument auquel Alice prend énormément de plaisir à jouer. 

Et enfin, Alice reste ce qu'on appelle une " geek ", fanatique de jeux vidéo, comme Guild Wars 2 ou Half-Life 2, en passant pas Fallout 3 et par Skyrim, et même par Diablo III. Ses catégories favorites sont les jeux assez violents, ou apocalyptiques, mais aussi les MMORPG, et les jeux de civilisations, comme ANNO. La violette pourrait passer des heures devant son écran sans se lasser de tous ces beaux graphismes.



Également adoratrice des films fantastiques ou du genre film de guerre, Alice en connaît un rayon. Que ce soit ''le seigneur des anneaux'' ou ''Eragon'' ou bien encore ''Narnia'', ou bien même ''Harry Potter'', ce sont des films qu'elle pourrait voir tous les jours sans exception. Mais il y a bien deux choses dont à horreur dans les films, c'est les trucs du genre " fleur bleue ou à l'eau de rose " et les films d'horreur et d'épouvante. Ce sont deux choses qui la dégouttent au plus haut point et qui ont tendance à lui faire faire des cauchemars atroces.

[576]






Ce que j'ai fait de ma vie

Naissance...


On ne se rappelle jamais de sa naissance, et Alice ne fait pas exception, malheureusement pour elle. Tout ce qu'on lui a raconté sur sa soi-disant arrivée en ce monde n'a été conté que par ses parents. Née en hiver, un premier décembre, où il avait neigé toute la journée, l'accouchement s'était bien passé globalement, et Alice n'avait eu aucun problème physique ou mental. Tant mieux pour elle. 

Première année...

Une première année, on peut en dire des choses, par exemple, tenez : Alice a eu cette chance inouïe de naître dans une famille riche. Cette chance que certains n'ont pas eu, malheureusement pour eux. Alice était une enfant choyée et aimée de toute sa famille, la seule enfant de la famille à vrai dire, c'est pour cela qu'elle bénéficiait de toute l'attention possible. Bien entendu, il en avait toujours un pour contrarier les autres, et ce fut sa tante du coté de son père qui prit la fillette en grippe, à cause de la couleur de ses cheveux. Soi-disant parce que c'était d'un vulgaire dans une famille aussi noble que la leur. Enfin... Il y a toujours un fâcheux pour emmerder le monde. C'est toujours comme ça dans les jolies histoires, y'a toujours un vilain méchant qui vient mettre des bâtons dans les roues de notre héros. Haha, sauf que cette fois, c'est une héroïne et elle n'a même pas l'âge de comprendre qu'il y a bien quelqu'un qui la déteste ouvertement.


Deuxième année...

La seconde année se passa relativement bien. La fillette faisait la joie de ses parents, et également celle de toute sa famille, sauf bien entendu, celle de sa tante aigrie qui passa le plus clair de son temps à critiquer la fillette. Déjà particulièrement bavarde, même si elle ne disait que des mots qu'un enfant de son âge dirait en temps normal. La petite fait à présent quelques pas hésitants, mais se vautre par terre presque à chaque fois. Il semblerait que la petite même une vie particulièrement banale. 

Quatrième année et cinquième année inintéressantes, nous passerons donc ce chapitre de sa vie. 

Septième année...

CE1, la petite Alice commence donc à grandir un peu. Il se trouva que la demoiselle était d'un naturel effacé et calme, et c'est pour cette raison qu'elle n'avait très peu, pour éviter de dire qu'elle n'en avait pas, d'amis. Mais Alice s'accrochait à ses idées, et la demoiselle commença, sr ordre de ses parents, à apprendre le violon et le piano. C'était ses seuls amis lorsque la solitude se faisait sentir. Il suffisait que la petite s’asseye devant les touches de son piano et joue quelques notes pour que toutes ses peines s’apaisent. Elle commença aussi à se mettre à dessiner, puisque emmener son violon à l'école n'était pas permis. Le dessin devint alors son nouvel allié, sa nouvelle façon d'exprimer ses pensées. Que les autres se moquent d'elle, qu'ils la montrent du doigt, cela ne la touchait plus de toute façon. Il n'y avait plus rien qui l’atteignait. Pas même l'amour étouffant de ses parents. Trop d'amour tue l'amour comme on dit souvent.


Huitième année...

S'étant améliorée en dessin, elle avait développé un certain tallent pour s'attirer les foudres et la jalousie des pires pestes de son école, jalouses de son talent. Alice décida pourtant de ne rien dire et de subir cet enfer. Les profs la défendaient, bien entendu, mais seulement parce que la famille était très riche et qu'ils ne voulaient pas d'ennuis. Alice l'avait compris, ça se reflétait dans leur regard. Mais elle ne voulait pas de leur pitié. Elle ne voulait pas qu'on l'affectionne pour l'argent de sa famille ou pour son titre. Elle voulait tout simplement qu'on l'aime pour ce qu'elle était. Mais qui était-elle ?

Dixième année...


Chaque jour passe apportant avec lui son lot de malheur. Ce fut un dicton qu'Alice apprit à connaître. Plus les jours passaient et plus ses camarades devenaient infectes avec elle. La demoiselle commença en premier lieu à les ignorer, mais face à leur insistance étouffante, elle hésita de plus en plus à les ignorer. C'est ainsi que commença sa longue ascension. Car sa vie n'était entre autres qu'un amas de futilités et de malheurs.


« Alice était assise par terre dans la cour, son carnet de dessins en main, avec un crayon à papier dans l'autre. La jeune fille réfléchissait à la meilleure façon de dessiner le personnage qu'elle souhaitait. Elle la voulait borgne, avec des vêtements sombres. Une fille de taille moyenne, maculée de sang. Le sang des camarades de sa créatrice. Alice voulait que ce personnage la défende de façon honnête et franche. Alice ne voulait pas de pitié ou d'hypocrisie. Elle voulait qu'on ne la prenne pas pour ce qu'elle n'était pas. Son personnage serait violent et fou. Il les tuera tous, de la pire façon qu'il soit. Oui, il le tuera et comme ça, sa maîtresse serait heureuse. Assise par terre, à l'ombre du bâtiment principal, la fillette délirait complètement. Ses idées de meurtres étaient apparus un an plus tôt, alors qu'un élève de sa classe avait entièrement déchiré le plus beau dessin qu'elle avait réalisé jusque-là. Sa haine avait alors explosé au plus profond de son cœur, et sa folie avait engrainé dans dans les plus profondes méandres de son cœur souffrant. 

Alors qu'elle terminait les finitions sur son dessin, un gamin qui devait avoir à peu près l'âge d'Alice, peut-être un idiot de sa classe, vint la voir et s'assit à coté d'elle. La jeune fille grogna de colère et s'écarta aussitôt et décida que celui-là mourrait dans des souffrances encore plus cruelles. Une cicatrice de plus s'ajouta au personnage. Le garçon lorgnait de loin le dessin, mais ne faisait pas de commentaire. Cependant, lorsqu'une cicatrice barra le bras de la pauvre fille, il grimaça et entreprit d'entamer la conversation avec sa camarade.


-Pourquoi tu la défigures ? Elle a un joli visage pourtant, ça serait dommage de la rendre laide. 

-Va-t-en... Souffla la violette.

La rage s'émana d'elle pareil à une brume noirâtre et oppressive. La haine se reflétait dans son regard courroucé et dans ses sourcils froncés à un point presque inhumain. Le gamin la fixa un long moment sans rien ajouter, puis se mit à rire, provoquant une vague profonde de frissons à la fillette qui dessinait à ses côtés. Elle le regarda à son tour mais ne fit rien, hormis serrer son crayon si fort qu'elle le cassa sans ménagement. Les mâchoires serrées, les lèvres tremblantes, Alice se releva brusquement, faisant sursauter son jeune camarade, et s'en alla s'asseoir sous un hêtre, et déchira, sous la fureur d'avoir été impuissante face à cet imbécile, son dessin en maudissant le monde. 

Elle ne vint pas le lendemain, ni le surlendemain, et encore moins les jours suivants. On dit d'elle qu'elle était malade, mais Hugo, puisque le camarade d'Alice se prénommait ainsi, savait qu'elle était loin d'être malade. Oui, il l'avait vu, cette expression terrifiante qu'elle avait affiché alors qu'elle dessinait, et qu'il l'avait interrompu dans toute cette folie maladive pour éviter que son cas ne s'empire. Il voyait tout le temps qu'elle était seule, mais il ne connaissait pas la raison à cette solitude. A vrai dire, il était arrivé seulement en début d'année, et ne connaissait pas toute l'histoire. Il interrogea les autres élèves, et chacun lui répondit toujours de cette manière-ci :


«Alice ? C'est la préférée des profs juste parce qu'elle est hyper riche. Au début, on s'en fichait un peu, mais en plus, elle fait son intéressante avec tous ses beaux dessins. Cette fille est complètement folle. Fait attention Hugo. En plus, l'année dernière, elle a giflé un garçon parce qu'il avait déchiré un dessin à elle. 'Puis elle est folle quoi, faut pas chercher plus loin»

Et il n'en sut pas plus. Il trouvait ça un peu ridicule de haïr cette fille juste pour une histoire pareille. Alice. Il trouvait ce nom joli. Elle aussi était jolie, mais l'important n'était pas là. Il fallait qu'il essaye de trouver un moyen de l'approcher. 

Alice revint finalement une semaine plus tard et tout le monde la regarda dans la classe comme si elle avait été un animal de foire. Mais elle avait revêtu son masque glacial et orgueilleux. Elle ne prêta pas attention aux remarques qu'on lui fit, aux croches-pieds, aux rires désagréables. Elle avait l'habitude semblerait-il. De toute façon, elle était devenue insensible à toute cette animosité. Cette haine. Ils ne l'aimaient pas, elle ne les aimait pas non plus. Ça n'allait pas plus loin. 

À la récréation, Alice s'assit comme à son habitude par terre et se mit à dessiner. Cette fois, son personnage serait un cyborg avec plein de câble et de lames tranchantes pour mieux tuer les autres. Sa folie n'aurait pas de limite et... Alice tourna la tête et écarquilla les yeux en voyant Hugo s'asseoir de nouveau à ses côtés. Cette fois, il ne dit rien et se contenta de l’observer. Alice ne fit rien non plus de son coté, et continua de dessiner tranquillement. Mais les traits de sont personnages se firent plus doux, moins brutes et moins anguleux. Il n'y eu pas de câbles, ni de lames, mais des roses et des ronces. Le personnage n'avait d'ailleurs rien d'un être robotique, mais tout d'un humain.


-Qu'est-ce tu me veux, murmura-t-elle en continuant son œuvre. 

Hugo ne lui répondit pas tout de suite. Il laissa le silence planer quelques secondes, puis lui répondit d'un ton calme.

-Seulement être ton ami. »

Quatorzième année...


Durant tout ce temps, je suppose que vous souhaitez savoir que qui est arrivé à nos deux gamins (nda : ou pas 8D). Après cette déclaration, Alice n'avait rien répondu et était partie se réfugier sous son arbre. Bien sur, elle manqua les cours plusieurs jours, et puis ses parents en eurent assez et la renvoyèrent à l'école. Et les discutions entre Alice et Hugo se firent plus fréquentes, jusqu'à ce que Alice accepte l'amitié de son camarade. Bien entendu, Hugo fut ignoré par le reste de la classe. Mais il changea le comportement d'Alice à un point que les autres enfants durent avouer qu'il n'était pas si fou que ça, et Alice fut réintégrée à la classe. Elle resta cependant très prudente et ne parlait que lorsqu'elle n'avait pas d'autres choix à ses autres camarades. Mais Hugo était le seul qu'elle respectait. 
La folie de la demoiselle s'en était allé grâce à la bonne humeur et à la gentillesse de son ami.

Cependant, sous les conseils judicieux de son unique ami, elle se décida à aller voir un psychologue. Pas qu'elle aimait ça, loin de là, ça n'avait jamais été son truc de raconter sa vie à un inconnu, mais il fallait avouer que cela lui fit du bien. 

Sa vie de collégienne la changeait énormément par rapport à sa vie de primaire. On ne la haïssait plus, on la traitait comme n'importe qui, et ce grâce à Hugo. Elle lui en devait des choses, mais comment rendre à son ami ce qu'il lui avait offert ? Elle le lui rendit finalement par un changement radical dans son caractère. Devenue à présent froide et sans grandes émotions, on ne la reconnaissait plus. Cette fillette discrète et timide qui souriait souvent. Cette fillette qui a plongé dans la folie la plus profonde et qui a fini par en sortir grâce à son ami. Pour ne plus avoir à souffrir, Alice préféra devenir vide de sentiments.



Dix-huitième année...


Les années passèrent, et rien ne changea dans le quotidien d'Alice. Hormis le fait qu'elle décida de faire des études d'art et que Hugo préféra s'orienter vers des études de droits. Les parents d'Alice inscrivirent leur fille à un fameux établissement. Forever Académie, hein ? Alice allait se retrouver sans Hugo, et c'est ce qui la fit paniquer. Sans lui, elle n'arrivait à rien. C'était son meilleur ami. Non. Son frère de cœur. Et c'est encore ce dernier qui réussit à convaincre Alice de prendre son courage à deux mains et d'y aller sans lui. Mais elle ne resta bien longtemps douce et agréable et redevint légèrement associable et froide sans son meilleur ami.

« Le train se mit en marche. Les rares passagers s'assirent, pour ceux qui étaient encore debout, et se mirent chacun à une occupation. Alice était assise depuis un bon moment déjà, et relisait maintenant pour la troisième fois ''les misérables'', de Victor Hugo. Les yeux rivés sur les fines lignes qui s’amassaient en une seule pages, la jeune femme se laissait bercer par le ronronnement du train. Elle n'avait, pour la première fois de sa vie, pas envie de dessiner. Alice était bien trop stressée. Être seule face à l'inconnu, c'était une grande première pour elle depuis qu'elle avait rencontré Hugo.

Le paysage défilait sous son regard morne, les arbres même semblaient danser sous ses yeux améthyste, comme s'ils avaient été animés d'une quelconque force supérieure, et que des dryades les avaient entraînés avec elles dans leurs folles farandoles. L'effet de vitesse plaisait à Alice, elle ne se lassait jamais de fixer durant de longues heures un paysage défilant à travers la fenêtre d'un véhicule quelconque. Un soupire s'émana de ses lèvres entrouvertes, et elle ferma les yeux. Juste pour une fraction de seconde, et se plongea dans les méandres les plus profondes de son esprit. Les écouteurs qui siégeaient dans ses oreilles lui transmettaient la musique qui passait actuellement dans son MP3. Le son du violon, puisqu'il y en avait un dans cette chanson, l’envoûta pour quelques minutes, jusqu'à ce que la musique s’arrête et qu'une autre commença. Alice rouvrit les yeux, et se laissa aveugler par le soleil qui se couchait dans des couleurs automnales. 

Elle allait prendre un nouveau chemin, qui la mènerait sûrement pour des jours meilleurs. »

[2210 si on compte le code de la musique ><]



Ce que je suis vraiment


▬ Prénom/Pseudo; Lady ~

▬ Âge;Nan mais on ne vous a jamais dit de ne pas demander l'âge à une dame ?

▬ Où avez vous connu le Forum ;top site

▬ Première Impression ; Oh mon Dieu, le thème  est trop beau **

▬ Présence sur le forum ;  6/7

▬ Double compte ;  [] Oui - [x] Non

▬ Code du règlement ; Validé - celui qui fait peur (Franz)


Créé par Sinn sur Epicode



Juste, je trouve que cette présentation est... Horrible, la façon de rédigée est vraiment bâclée ><


Dernière édition par Alice E. Nightmare le Jeu 1 Mai - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   Mer 30 Avr - 20:28

avatar
Invité
Invité

Bienvenue à toi demoiselle ! ♪
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   Mer 30 Avr - 20:50

avatar
Invité
Invité

Bienvenue !

C'est un plaisir de t'avoir parmi nous ! Et si tu trouves que ta présentation est horrible, hé bien on compte sur toi pour nous montrer ce que t'as dans le ventre en RP !
Andrew ou Léandre passera donc 'analyser' ta fiche.

Et bien entendu, je te souhaite de bons moments parmi nous, et n'hésite pas à passer sur la cb par exemple !

(J'ai cru que c'était le code de la fiche que tu trouvais horrible au début. Haha)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   Jeu 1 Mai - 12:27

avatar
Invité
Invité

Et bien et bien ... Merci à vous ~

Franz < Heuu... Si j'ai bien compris, elle pas si mauvaise que ça cette présentation ? ô.o Enfin ... Merci quand même ^^

Non bah alors ça doit juste être le style d'écriture qui me gêne puisque que j'ai voulu changer un peu >< Ou le caractère qui colle pas trop à l'histoire ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   Jeu 1 Mai - 17:49

avatar
Féminin
Messages : 422
Date d'inscription : 28/02/2014
Roman C. Clementini
Fondatrice & Infirmière ultra sexy <3


Welcome to the forum Alice 8D 


Alors tout d'abord, je te souhaite de nouveau la Bienvenue sur notre petit forum autrement appelé Saucisseland  Right 2  ! J'espère que tu t'y sentiras comme chez toi et que tu t'amuseras parmi nous comme une petite folle ! Alors vu que Léandre n'a pas donné signe de vie pour le moment, j'ai jeté un petit coup d’œil à ta fiche. Alors, je te demanderai juste de faire attention aux petites fautes et parfois, tu oublies de mettre des mots comme les "où". Enfin, je pense que c'est plus de l'inattention, donc ce n'est pas bien grave mais essaye de faire attention dans les rps ^^. Alors tu as respecté le nombre de mots pour les descriptions donc je ne vois pas de raison de ne pas te valider !  Encore une fois, je te souhaite la bienvenue parmi nous  Hello 

P.S : J'ai juste une petite question, tu dis dans ton caractère que en gros, Alice est quelqu'un de froid mais dans l'histoire, tu racontes que grâce à Hugo, la jeune fille s'est " adoucie ". Donc ma question est, est-ce qu'elle est redevenue comme tu l'as décrit dans ton caractère vu qu'elle n'est plus en présence de Hugo ? De plus, si jamais tu le souhaites à l'avenir, tu pourrais faire un prédef pour Hugo si ça te tente ! 
  

_________________
Miya

 Tu as été l'amour de ma vie mais moi je ne suis qu'un chapitre de la tienne. Et ça va durer très longtemps, et tu sais pourquoi j'le sais ? Parce-que encore aujourd'hui, tous les matins au réveil, la toute première chose que j'veux c'est voir ton visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lover-curses.forumactif.org
MessageSujet: Re: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   Jeu 1 Mai - 18:11

avatar
Invité
Invité

«Félicitations ! »


Eh bien, eh bien, eh bien ! Il parait que tu as été validé ? Mais c'est parfait dis-moi ! Car justement, alors que tu pensais en avoir fini avec la paperasse, me revoici avec une petite liste des choses essentielles à faire pour que ton intégration au forum soit complète ! \o/

Alors tout d'abord, il te faudra aller ici pour faire recenser ton avatar. A quoi ça sert ? Bah en gros quand un nouveau membre s'inscrit, il peut consulter cette liste pour voir les personnages qui ont été pris. Ainsi, cela évite de se retrouver avec deux mêmes têtes sur le forum. De plus, c'est toujours plus facile de lire une liste que de regarder le profil de tous les membres.

Ensuite, il te faudra aller ici pour que tu puisses réserver ton logement afin de ne pas te retrouver à la rue. Après tout, un bon lit est toujours plus agréable !

Finalement, tu peux te rendre ici et ici pour faire une demande de rp et tes créations de liens.

Il reste cependant une petite chose que tu pourrais faire pour faire plaisir à tes petits administrateurs chéris. En gros, nous aimerions que tu passes ici. En gros, ce sont les tops-sites sur lesquels se trouvent le forum. Nous savons que parfois, vous n'avez pas le temps ou tout simplement, que vous n'y pensez pas, mais ça serait vraiment chouette que tu essayes de voter dès que tu peux. De un, ça nous fera plaisir et de deux, ça te ramènera pleins de coupains et pleins de coupines ! De plus, si tu fais recenser tes votes ici, tu pourras tenter de gagner pleins de supers cadeaux !

Alors, je pense t'avoir tout dit donc quand tu auras fait tout ça, il ne te restera plus qu'à enflammer le forum avec ta joie de rp et ta bonne humeur !

La Team Rocket
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]   

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

C'est l'heure de mourir. Non, je ne pleure pas, de la pluie tombe juste sur mon visage. Comment ça, il ne pleut pas ? [Alice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lover Curses :: Parce qu'il faut bien passer par la... :: Personnage :: Présentations des membres :: Fiches validées-